On attaque la troisième semaine de quarantaine !

Toujours face à notre lit, MAIS avec un début de tablettes de chocolat, notre cœur balançant entre Chimamanda Ngozi Adichie et Charles Bukowski, et probablement un nouveau statut matrimonial : célibataire, veuf ou future maman (dans ce cas, il faudrait considérer l’arrêt des apéros Houseparty…). De nouvelles habitudes de vie se dessinent, où ZOOM (outil professionnel utilisé par les entreprises pour faire des visioconférences) a clairement une place privilégiée.

© Zoom

Un nouveau rythme de croisière surfant sur ce fameux mot d’ordre : la résilience.

Oui, vous savez cette capacité d’un individu à surmonter les moments douloureux de l’existence et à se développer, en dépit de l’adversité. Si nous le pouvons, c’est aussi grâce aux entreprises qui nous permettent d’envisager notre consommation habituelle autrement.

© Pixabay

Et si on allait dans les coulisses de tous ces corps de métiers qui regorgent d’inventivité, d’imagination et de flexibilité pour nous accompagner dans cette résilience ?

ENTRETENIR LE FUN, LE RÊVE, L’ÉVASION

En première ligne, une pensée pour les métiers culturels et artistiques pour lesquels une vraie problématique se pose : comment rendre la contrainte exquise ?

Outre les musées, Opéras, galeries, livres, que l’on peut parcourir virtuellement gratuitement en ligne (cf notre premier article « confinement mode d’emploi #1), de belles initiatives continuent de fleurir pour entretenir le rêve, le divertissement et l’évasion chez nos confinés. On peut citer par exemple de nombreux magazines culturels digitaux tels que Beaux arts, Numéro, et même plus pointus Voiles et Voiliers, disponibles gratuitement pendant un mois !

Le cinéma joue aussi le jeu puisque même si Netflix et Amazon Prime restent payants, vous pourrez retrouver 1150 longs et courts-métrages sur openculture.com. Pour la première fois de son histoire, Canal + passe en clair pour tout le monde. Orange offre même à ses abonnés l’accès à 4 chaînes OCS et 5 chaînes de jeunesse !

© Numero

© Geeko

Depuis le 10 mars dernier, l’INA (lnstitut National de l’Audiovisuel) a mis en place sa nouvelle plateforme de streaming « Madelen » avec une offre de SVOD premium renouvelée (13 000 contenus de contenus pour 2.99€…) et beaucoup d’autres ! Sans citer la gratuité de Pornhub France! (On aime bien copier notre voisin italien)

Quid de la mode ?

Nous n’avons pas pu faire l’impasse sur l’inventivité de Simon Porte Jacquemus par exemple ! En effet, ce designer, célébrant le soleil, la légèreté, le Sud de la France, cité comme « le petit prince de la mode » incite tous ses followers à recourir à leur imagination, et à réaliser des visages humains avec les objets du quotidien. Alors on a pu voir des œufs faire office de yeux, des colliers de perles se transformer en sourires, des fruits et légumes en guise de boucle d’oreilles …

Ce n’est pas anodin alors qu’il ait été sollicité par l’IFM (Institut Français de la Mode) pour donner un cours en ligne, aux côtés d’autres figures de renom tels que Paul Smith ou encore Christelle Kocher.

Les Fashion Week ne sont pas reste. Ainsi, même si certaines ont été reportées voire annulées, vous avez sûrement eu le plaisir de découvrir la première Fashion Week au monde en livestream, celle de Shanghai qui s’est tenue du 24 au 30 mars dernier !

© Jacquemus

© IFA Paris

MAKING BUSINESS & OPPORTUNISM

Au-delà de cet enjeu consistant à entretenir la culture et l’imaginaire du consommateur, se pose également celui de continuer son activité malgré tout. Soit, COMMENT FAIRE DU BUSINESS alors que tous les budgets sont gelés et que même la bourse se montre frileuse… Comment de nombreuses entreprises font front ensemble contre cette crise sanitaire sans précédent ?

© Dynamic business

Beaucoup comparent cette période aux temps de guerre historiques. Ainsi, nombreuses entreprises se sont vues « réquisitionnées » pour prêter main forte à la construction des « armes » nécessaires à cette guerre version 2020 !

Ici, le nerf de la guerre semble être… les masques, ces fameux bouts de tissus qui font office de barrières indispensables au virus Covid-19.

En pénurie ? Cela ne va pas durer ! Entre les tutos Do It Yourself, et les marques qui se mettent à la fabrication de masques pour y pallier… Parmi elles, on applaudit Décathlon qui partage ses masques best-seller de snorkelling pour aider la recherche, Saint James réorganise ses ateliers pour produire des masques textiles lavables, tout comme New Balance, ou encore Tissuni, ce collectif qui créent des masques en tissu pour le personnel non-soignant…

(NB : Au-delà de l’esthétique, il y a bel et bien des normes de fabrication à respecter afin que les masques portés soient conformes aux règles sanitaires)

© Journal des Femmes

© Decathlon

Le deuxième nerf de la guerre ? J’ai nommé, les gels hydro-alcooliques ! Nous n’allons pas non plus en manquer puisque L’Oréal, LVMH, Pernod-Ricard, entre autres, se montrent solidaires et vont dédier une partie de leurs usines à leur fabrication.

© Bfm.tv

Et donc, comme en temps de guerre, les industriels doivent adapter leur activité et contribuer à « l’effort de guerre » !

Ferrari va aider à la construction de respirateurs, tout comme PSA va rouvrir ses usines pour fabriquer des respirateurs artificiels.

Dans un autre registre, Panzani optimise sa cadence de production en se concentrant sur les références les plus rapides à produire. Les métiers régaliens sont directement impactés. Des porte-hélicoptères de la Marine transformés en hôpitaux flottants au gouvernement que vous pouvez maintenant joindre sur Whatsapp pour toute question administrative…

© Media-Ouest

© Media Liberation

Mais ce n’est pas que de contraintes ! Au contraire, dans cette situation, certaines entreprises y voient l’opportunité de tirer leur épingle du jeu, en diversifiant leurs activités et stratégies, se démarquant alors de leurs concurrents.

On peut prendre le formidable exemple des petites coopératives essayant de s’en sortir.

Au lieu d’aller grouiller dans les supermarchés avec masque, gants et gel, craindre d’être contaminé en touchant les aubergines, pourquoi ne pas aller acheter auprès du petit producteur de la région ?

A contrario, même le fast-food plante ses graines. En effet, un des leaders du marché, Burger King, a fait de son traditionnel slogan « Home of the wooper » un « Stay home », le reste de la devise étant barré ! Ils profitent même de ce confinement pour livrer des recettes spécial « quarantaine » !

Home of the Whopper © Burger King

Qui va donc sortir son épingle du jeu ? RDV dans un (ou deux) mois pour connaître le résultat. Une chose est sure, à la sortie de ce confinement, nous ne consommerons plus comme avant…

En tout cas, chez Carlin, nous avons à cœur de garder coûte que coûte le lien avec notre communauté, en continuant de l’inspirer, de la challenger et de la baigner dans la créativité…

Retrouvez-nous tous les jeudis pour une pause café Culture via Webinars !

STAY TUNED & TAKE CARE 

© Carlin

STÉPHANIE LU
Head of social media communication

contact us

Un commentaire sur “CONFINEMENT, MODE D’EMPLOI ! #2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.