Shooting Karen – @corentin-bertau

Deux mois après la fin du confinement, celui-ci ne semble pas tant avoir créé de ruptures brutales avec le monde “d’avant”, mais davantage avoir participé à l’accélération de tendances déjà présentes. L’univers de la lingerie a ainsi vu l’exigence croissante du confort poussée jusqu’au mouvement du “no bra” relayé par les réseaux sociaux, prônant une libération du corps de toute source d’inconfort. Dans ces conditions, qu’en est-il de l’avenir de la lingerie ? Est-elle forcément tombée en disgrâce ?

Ce jeudi 2 juillet 2020, la jeune marque de lingerie fine et éthique House of Marlow célébrait sa première année d’existence. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer sa créatrice, Billie, amoureuse d’histoires et de poésie. House of Marlow est le récit d’une alliance réussie entre confort, élégance et engagement éthique. Une lingerie qui se vit sans contrainte et qui dévoile, entre innocence légère et sensualité assumée, une féminité multiple et libérée.

Bonjour Billie ! Pour commencer, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel avant la création de House of Marlow ?

Billie Marlow – la créatrice

J’ai étudié à Esmod Paris où j’ai suivi le cursus “Designer de mode” : une double formation en stylisme-modélisme dans le domaine du prêt-à-porter femme. Je me suis ensuite spécialisée en lingerie et corseterie en dernière année. Après des premières expériences en atelier de lingerie de luxe et en studio de création, je me suis lancée en freelance en tant que styliste/modéliste pour des petites marques. Après avoir travaillé sur l’intégralité du processus de collection pour d’autres, l’envie déjà présente depuis longtemps de monter ma propre marque s’est faite de plus en plus forte.

Comment est née et a été nourrie cette passion pour l’univers de la lingerie ? Comment l’idée de la création de votre propre marque s’est-elle ensuite formée ?

LaPerla – Jean-Paul-Gaultier

Depuis que je suis en âge d’en porter, j’ai toujours été fascinée par les matières très douces et luxueuses, par la lingerie fine, souvent par de belles pièces vintage, mais également les costumes de burlesque !

J’ai vite été frustrée de ne pas trouver ce qui me plaisait dans le commerce. J’avais des coups de cœur sur des pièces que je ne pouvais m’offrir. Lorsque je trouvais un bel ensemble de lingerie, je le considérais comme une pièce (très) précieuse de ma garde-robe. À 18 ans, j’ai dessiné 4 ensembles de lingerie que j’ai fait développer et fabriquer par un couturier. Le résultat n’était pas “professionnel” mais a été un déclic pour moi. J’ai adoré voir mes croquis et ma sélection de tissus se transformer en pièce portables et élégantes. À ce moment là, je n’avais plus qu’un seul objectif en tête : être acceptée dans une école de mode, apprendre les techniques du vêtement et de la lingerie / corseterie, et un jour monter ma marque. Je ne pensais juste pas que ça arriverait aussi vite !

Nous sommes toutes écrivaines de notre histoire, poétesses de nos vies” peut-on lire sur votre site. Quelles sont les inspirations derrière l’univers poétique et sensuel si particulier de House of Marlow ?

Virgins Suicide

Frederic Forest

J’aime cette phrase qui s’applique à la vie de manière générale et ici à la lingerie, en particulier. En effet, j’ai toujours été convaincue que la lingerie que l’on porte avait une réelle influence sur nos journées, nos humeurs et personnalités. On peut par exemple apprécier porter un bel ensemble de lingerie qui nous donne confiance en nous un jour important et préférer un ensemble ultra confortable pour des journées plus aventureuses. Chacune, quel que soit son univers, possède sa propre histoire à raconter, à dévoiler. “Poétesse” symbolise l’univers doux, rêveur et poétique que j’aime insuffler dans la marque. Mais loin d’être limitées à cet unique domaine, mes inspirations sont multiples.

La photographie m’inspire par exemple énormément. J’ai beaucoup de livres de photographies chez moi et nous avons la chance aujourd’hui d’avoir facilement accès à beaucoup d’images. Tous les mois, je fais une nouvelle découverte qui m’inspire. Je regarde de plus en plus de vieux films aussi, dans lesquels les vêtements, la nonchalance du jeu d’acteur et le style de vie de certaines époques ou histoires, me donnent envie de les réinterpréter. La musique m’accompagne constamment et impacte mon esprit créatif. Baschung, Gainsbourg, Buckley, Bowie… autant d’artistes qui m’inspirent. Beaucoup d’hommes, mais on retrouve toujours cette même poésie et parfois cette sensualité (plus ou moins assumée) de leur chansons.

Vous vous définissez comme une marque de « lingerie fine et éthique » : de quelles manières se traduit concrètement cet engagement éco-responsable ?

House of Marlow – fabrication

Dans un premier temps, je voulais pouvoir contrôler en interne tous les aspects de la fabrication du dessin au produit fini : les prototypes, la gradation de tailles, la coupe et le montage, les fiches techniques et la teinture, les photo shoots et le lancement en ligne. Je ne voulais pas tout faire sous-traiter.

Dans cette démarche, en tant que jeune et petite structure, la production est forcément limitée à des petites quantités. Nous fabriquons entre 15 et 40 pièces par modèles, en interne, à Paris. Les quantités de production avancent en fonction de la demande et au rythme de la progression de la capacité de production de la marque. Surproduire pour déstocker quelques mois après me paraît complètement illogique.

Beaucoup de marques calculent leur prix de vente par rapport aux soldes, car c’est le moment où elles vendent le plus. Je préfère proposer un prix juste toute l’année et des quantités raisonnables, pour avoir très peu de pièces à solder. Cela se traduit également dans l’achat des matières, je ne commande que ce dont j’ai besoin pour une production, pratiquement au mètre près, afin d’éviter la surproduction de tissus et donc les stocks dormants. Cela limite le choix de matières mais rends aussi le sourcing plus intéressant.

En terme de qualité, j’ai toujours eu le goût des matières nobles, alors je me suis tournée vers des fabricants reconnus pour leur savoir-faire, en France surtout, et un peu au Japon, en Italie et en Angleterre. Quand on sait que l’industrie textile est la deuxième plus polluante au monde, ça m’a paru tout naturel de sourcer des matières et des élastiques éco-responsables : certifiées Oeko-Tex Standard100, des cotons biologiques, des teintures certifiées BlueSign (non nocives) et des accessoires métalliques en alliage éco-friendly. Les étiquettes de nos produits sont fabriquées dans la Loire par une entreprise familiale. J’aimerais développer des maillots de bain pour l’été 2021, et je ne m’imagine pas utiliser autre choses que du tissu ECONLY (filets de pêches recyclés) même si cela réduit le choix des matières, le challenge créatif n’en est que plus intéressant !

À chaque nouvelle collection, j’essaie de trouver des alternatives plus écologiques pour toutes les étapes de production. Pour cette collection d’été 2020, c’est l’introduction d’un emballage recyclé et des enveloppes d’envoi compostables, à planter dans votre jardin !

House of Marlow – fabrication

Sur votre site, on peut lire : “Chaque ensemble naît d’une histoire qui demande à être racontée”. Quelles sont les différentes étapes de la création d’une collection House of Marlow ?

House of Marlow – fabrication

House of Marlow – Collection 2020 – Les Filles du Pâquis

J’élabore les collections en mixant mes inspirations du moment avec des dessins que je regroupe dans des carnets au fil des mois. Je pense toujours au shooting que j’ai envie de réaliser avec cette collection, avant même de la mettre en place : cela m’aide à me créer un univers. Je choisis donc une direction, une ambiance, des couleurs, puis les formes dont j’ai besoin pour offrir une gamme complète de produits. S’installe ensuite un puzzle de dessins, de tissus, d’informations de détails, de montages etc… Une fois le plan de collection établi, je fais les patronages, puis les prototypes. Ensuite, nous faisons des essayages pour parfaire le fitting, et nous refaisons les prototypes jusqu’à ce qu’ils soient conformes au produit final.

Vient ensuite de la gradation des tailles, qui pour l’instant va de la taille 34 au 42 et du 85A au 95C. Des tailles plus grandes viendront dans le futur, mais c’est une autre étape. En effet, pour créer des soutien-gorge avec beaucoup de maintien, une simple gradation ne suffit pas, il faut aussi changer les élastiques, parfois même la forme, doubler… je ne veux pas bâcler cette étape, peut-être me faire accompagner par une modéliste avec beaucoup d’expérience sur le sujet, afin de proposer un fitting parfait. Une fois la phase de développement terminée, nous passons à la production, nous découpons toutes les pièces et les montons par étape toutes ensemble. Le pièce par pièce prendrait trop de temps car nous utilisons jusqu’à 4 machines différentes pour une seule pièce.

Une atmosphère onirique se dégagent de vos shooting photos. Pouvez-vous nous emmener en coulisse ? Comment se déroule un shooting House of Marlow ? Comment choisissez-vous le photographe, les modèles, les lieux, les ambiances ?

Shooting Karen – @corentin-bertau

Shooting Maya @corentien-bertau

J’organise et je participe à un peu plus de la moitié des shootings que l’on retrouve notamment sur les réseaux sociaux, les autres sont réalisés par de talentueux.ses photographes avec qui je collabore, nous échangeons sur nos envies respectives mais la direction artistique leur appartient.

Pour les shootings que j’organise, je travaille presque exclusivement avec François Laurendeau avec qui j’ai étudié à Esmod Paris et qui me connait très bien. Il a l’oeil pour comprendre la vision que je veux réaliser à chaque nouvelle collection.

Les filles que l’on photographie sont souvent des rencontres coup de cœur sur les réseaux sociaux. On discute depuis des semaines, des mois et un jour, je prévoie un shoot et je contacte une fille que j’ai en tête pour un mood précis. Elles ne sont pas mannequins professionnelles mais ont toutes ce « je ne sais quoi » de doux et de nonchalant qui me donne envie de réaliser ces images avec elles !

Shooting Les Filles du Pâquis – Francois Laurendeau

Qui dit petite marque dit petit budget, et les lieux sont souvent des appartements ou des jardins prêtés par des amis, on a même fait récemment un shooting dans le Bois de Vincennes ! On apporte quelques accessoires pour créer l’ambiance que j’ai en tête, mais parfois un simple drap blanc fait très bien l’affaire, quand la lumière est au rendez-vous et que la symbiose modèle/photographe est là. Jusqu’à présent, les shootings photo ont toujours été chaleureux, dans une atmosphère intimiste et bon enfant, avec un photographe, une à deux modèles et moi. Des fleurs, des fruits, de la musique, et surtout des rires.

Ces dernières années, l’univers de la lingerie a beaucoup évolué, entre exigence de confort et d’adaptabilité aux différentes morphologies. Quelle vision de la lingerie, quels messages souhaitez-vous transmettre avec House of Marlow ?

Tout à fait et c’est vraiment pour le mieux, niveau confort beaucoup de marques ont misé sur ces points (comme Chantelle et sa gamme “soft & stretch”) et ont su s’adapter brillamment à la demande du marché. Ces dernières années, de nombreuses marques ont émergées pour répondre aux besoin des morphologies trop longtemps mises de côté, à l’image d’Ysé pour les petites poitrines ou à l’inverse Edge O Beyond pour les poitrines plus fortes.

Soutien- gorge House of Marlow

Culotte House of Marlow

Avec House of Marlow j’ai envie de montrer qu’on peut allier confort et élégance et qu’il n’y a pas que les basiques en coton qui sont agréables à porter ! Je suis consciente que pour l’instant, la marque ne permet pas d’habiller tout type de morphologie et c’est un point sur lequel je souhaite travailler pour les prochaines saisons. Le style à la fois innocent et sensuel de la marque permet aux femmes de raconter une autre histoire sur leur corps, un chapitre empreint de douceur, de poésie, d’une sensualité nouvelle.

Vous avez dévoilé début juin votre toute nouvelle collection estivale «Les Filles Du Pâquis» . Comment, en tant que toute jeune entreprise, avez-vous géré la période de confinement ?

House of Marlow – Collection 2020 – Les Filles du Pâquis

Le confinement a été assez rude pour la marque. Le shooting de notre dernière collection «Les Filles Du Pâquis» était initialement prévu le 20 et 21 mars sur l’île de Ré, avec une sortie de collection le 1er avril. Malheureusement, le confinement a stoppé net ce projet. Je n’avais plus beaucoup de stock de la collection d’avant, pas la possibilité de créer du contenu et mes fournisseurs de tissus et élastiques étaient également fermés. De plus, une partie des commandes envoyées pendant le confinement ont été « égarées » en centre de tri postal et les autres ont parfois mis des semaines à arriver. Ce fût donc une période un peu stressante et frustrante, j’avais hâte de pouvoir présenter la nouvelle collection d’été et d’insuffler un peu de douceur et de poésie à ces temps compliqués. Le chaleureux accueil des clientes pour “Les Filles Du Pâquis” permet de redynamiser la suite de l’aventure !

Quels sont les objectifs de développement pour House of Marlow cette année ?

Salon de la lingerie @Fashion Network

Dans les semaines à venir, l’objectif est de rattraper le retard de production dû au confinement sur la collection de l’hiver 20/21 ! À la rentrée, j’aimerais m’entourer d’une personne pour gérer la communication de la marque dont je m’occupe jusqu’à présent mais qui constitue un travail à plein temps. Jusqu’à la fin de l’année, les projets restent encore assez incertains car le Covid n’est pas encore pleinement derrière nous. Je cherche une manière inventive pour présenter la collection de l’été 2021 aux boutiques sans faire de showroom à la rentrée, et je suis en pleine réflexion pour passer le pas et participer au salon de la lingerie en janvier 2021.

Jusqu’à Noël, je vais me concentrer sur le développement de nouvelles pièces de lingerie et de homewear en coton, développer 2/3 ensembles de maillots de bain pour l’été 2021, et d’autres projets sur lesquels je ne peux pas trop m’avancer mais qui incluent des bijoux, des broderies exclusives, des imprimés vintage… J’ai hâte !

3 artistes qui vous inspirent au quotidien (et avec qui vous aimeriez collaborer, peut-être) ?

Depuis le début de l’aventure House of Marlow, j’ai rencontré plein de super créatifs, photographes, artistes, vidéastes, brodeuses… avec qui on a parlé de collaborer sur des projets. Ceux-ci ne se sont pas encore faits et j’aimerais beaucoup prendre le temps à la rentrée d’en commencer ! Cette période de confinement à été propice à la réflexion sur l’envie de créer. J’ai pu sortir la tête des tableaux Excel et de la machine à coudre et me recentrer sur ce qui m’anime le plus, après créer de nouveaux modèles : créer du nouveau contenu ! Je suis inspirée par tellement de personnes que c’est compliqué pour moi de n’en choisir que 3, je vais du coup me focaliser sur des créatifs Français :

Frederic Forest

  • Frédérique Forest, dessinateur d’âmes, sait pour moi illustrer comme nul autre une émotion et un frisson de peau en un trait fin, à la fois minimaliste et plein de sens. Ses dessins de femmes notamment, sont toujours doux, apaisants et très inspirants à contempler. Il m’inspire à traduire plus d’émotions à travers plus de simplicité, ce qui n’est pas un exercice facile en création.
  • Maud Chalard en photographie, qui réunit vraiment tout ce que j’aime. Ses photos insufflent un vent de grande liberté, comme une envie de danser nu dans la nature jusqu’au lever du jour ! Chaque nouvelle image qu’elle crée est une invitation au voyage, au lâcher prise et je rêve de travailler avec elle un jour.
  • Les chansons dAlain Bashung m’accompagnent depuis des années et continuent d’être pour moi une grande source d’émotion, de force, de fragilité. J’écoute spontanément son album « Fantaisie militaire » dès que je dessine : ses paroles invitent à se raconter beaucoup d’histoires. Et je pense que vous l’avez compris : moi, j’adore les histoires ( et je crois en leur pouvoir) !

Olympus digital camera 

Merci beaucoup Billie, pour ces partages précieux et inspirants.

Retrouvez plus d’informations sur House of Marlow et ses merveilles sur le site de la marque et sa page Instagram.

ALEXANDRA HOSTIER
ASSISTANT EDITOR

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.