Le musée des Arts décoratifs de Paris dévoile trois siècles de mode à travers sa nouvelle exposition « Fashion Forward » du 7 avril au 14 août. Il s’agit de 300 pièces de mode féminine, masculine et enfantine allant du XVIIIème siècle à nos jours. Une occasion inédite créée grâce à l’alliance du musée des arts décoratifs, avec l’Union française des Arts du Costume et H&M.

 

exposition facade musee des arts decoratifs - photo marc bertra

Ce voyage dans le temps offre au-delà de la beauté technique et esthétique, une véritable immersion temporelle, reflet de différentes époques, qui permet de mieux comprendre l’Histoire à travers l’évolution du corps et les manières de le vêtir.

 

exposition robe a crinoline

Sous une scénographie signée Jérôme Kaplan, on déambule d’abord d’écrins en écrins à la manière d’une expérience sensorielle.
Les vêtements du 18ème côtoient boiseries, papiers peints, dessins et marqueterie, le tout auréolé d’une lumière tamisée.
Et pour terminer ce parcours initiatique un magistral escalier blanc s’ouvre à nous, avec de part et d’autre, la représentation de nombreuses parures du 19ème et 20ème, associés noms des créateurs les plus avant-garde (Comme des garçons, Maison Margiela, Hussein Chalayan, Vêtements…) à ceux des maisons les plus anciennes (Lanvin, Vionnet, Dior, Chanel, Balenciaga…).

Ci-dessous une petite liste de survie (pour les banquets sans conversations) (établie grâce à l’exposition) si vous vous trouvez à côté d’Anna Wintour, votre amie occasionnelle ou mamie Jacqueline :

En 1715, la robe volante
En 1795, silhouette « à l’antique » à taille haute
En 1830, la mode romantique avec taille de guêpe
En 1856, le costume court et crinoline cage
En 1877, la tournure est abandonnée laissant place à une silhouette longiligne
En 1907, les robes de Paul Poiret inspiré par la mode du Directoire. Création de l’étiquette
En 1920, la robe droite et courte, éloignée du corps
En 1930, le pantalon pour les femmes !
En 1960, du mini au maxi dans l’essor du prêt à porter
En 1980, l’excès, l’opulence,  le défilé spectacle et le culte du corps
En 1990, le minimalisme, la sobriété et le conceptuel
En 2000 / 2016, le créateur devient directeur artistique !

Comme dirait Mercury:  « the show must go on »…!

 

 

Exposition arts decoratifs

Exposition arts decoratifs

Exposition arts decoratifs

 

Fanny Joly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.