EquipHotel Paris est le rendez-vous professionnel et international de référence du secteur de l’Hôtellerie-Restauration, organisé tous les deux ans à Paris. Ce salon attire 113 000 professionnels du secteur. Ces décideurs, prescripteurs et porteurs de projets rencontrent de nouveaux fournisseurs et découvrent les nouveautés et les innovations de leur secteur.

Mais, le contexte sanitaire actuel, l’interdiction de rassemblement suivie de l’annonce du reconfinement ont contraint le salon à reporter l’édition 2020.

Pour continuer de remplir sa mission, le salon s’est réinventé et met en ligne sur la plateforme digitale EquipHotelWEEK une sélection de contenus exclusifs, en direct ou à la demande, du 16 au 20 novembre.

Carlin collabore avec des acteurs du marché depuis des années et participe à cette semaine digitale inédite via un webinaire disponible en ligne pour les visiteurs du salon.

Nous avons eu le privilège de rencontrer Béatrice Gravier, Directrice de la Division Hospitality & Food de Reed Exhibitions France, qui nous en dit plus sur les enjeux du secteur.

EquipHotel

Virginie Corbasson – Head of Consulting Development : Le reconfinement marque à nouveau un coup d’arrêt du secteur, comment les hôteliers-restaurateurs gèrent-ils cette nouvelle épreuve ?

Béatrice Gravier – Directrice de la division Hospitality & Food – Reed Exhibitions France : Certains hôteliers et restaurateurs cherchent à rester créatifs durant cette période de confinement et de crise. De nombreuses idées sont à reprendre et à expérimenter, comme utiliser certaines chambres d’hôtel en espaces de télétravail, fournir des services de livraisons de repas gastronomiques, louer ses cuisines aux plateformes de livraison à domicile, faire des offres préférentielles avec sur classement et check in and out décalés pour attirer les parisiens en mal de sortie à proximité de chez eux…. Les hôteliers sont avant tout des chefs d’entreprise qui doivent toujours chercher à innover pour pouvoir rebondir et faire face à leurs obligations.Toutefois, rester ouvert peut coûter plus cher que fermer son établissement, surtout pour ceux qui ne sont pas propriétaire de leurs murs ; ceux-ci doivent souvent se résigner et fermer. 

De manière plus globale, les 2 350 établissements franciliens sont particulièrement touchés en raison de la chute du trafic aérien, qui générait 60 % du passage. Une petite note d’espoir toutefois avec l’annonce de Disneyland Paris qui prévoit de rouvrir durant les vacances de Noël, un signal positif pour l’hôtellerie francilienne.

Béatrice Gravier – Directrice de la division Hospitality & Food – Reed Exhibitions France

Virginie Corbasson : L’impact est sans doute à nuancer en fonction du niveau de gamme… quel niveau est le plus touché ?

Béatrice Gravier : Selon un sondage interne de l’UMIH, organisation patronale, un professionnel sur deux a fermé son établissement en novembre par manque de clients et les fermetures impactent majoritairement l’hôtellerie de luxe souffrant du manque de clientèle étrangère. Mais la réaction des palaces est contrastée, chacun a sa stratégie.

À Paris, le Crillon, qui avait rouvert le 24 août, vient de refermer ses portes jusqu’au 1er décembre. Le Negresco de Nice a annoncé sa fermeture provisoire jusqu’à nouvel ordre. Le Ritz, le Four Seasons George V, Le Meurice, le Plaza Athénée ou encore le Bristol ferment plutôt leurs bars et restaurants et leurs équipements tels piscine, spa et/ou boutiques. Le Royal Monceau commercialise uniquement ses cinq appartements privés. Le W à Paris – Opéra a annoncé sa fermeture définitive.

Ce deuxième confinement est un coup sur la tête pour l’hôtellerie haut de gamme et luxe parisienne. On pensait vraiment que l’activité allait reprendre, même faiblement, à la rentrée. Or, septembre-octobre ont été très peu favorables. À la fin septembre, la recette unitaire par chambre disponible était en recul de 70 %. Avec le deuxième confinement, on sera entre -75 et -80 % à la fin de l’année, d’après l’UMIH. Il paraît difficile d’imaginer une amélioration avant le printemps. Le soutien de l’Etat est fondamental pour le secteur.

Virginie Corbasson : Compte tenu de l’impossibilité d’organiser un salon physique, vous avez lancé EquipHôtelWeek. Quel est votre retour d’expérience sur cette digitalisation ?

Béatrice Gravier : Dans le contexte sanitaire et économique actuel en France et à l’international, l’édition 2020 d’EQUIPHOTEL initialement prévue du 15 au 19 novembre 2020 ne pouvait pas se tenir. Nous avons donc dû reporter l’évènement et ce fut une décision très difficile à prendre, car EQUIPHOTEL est le salon référent de l’hôtellerie-restauration en Europe, il accueille plus de 1 600 exposants de 40 pays et 110 000 participants de plus de 100 pays et c’est donc un salon très attendu pour accompagner les professionnels dans leur recherche d’équipements et dans leur quête d’inspiration et de mise en relation professionnelle.

Ceci étant dit, nous avons bien conscience que 2022 semble très loin pour beaucoup d’entre nous et les professionnels ont besoin de rester connectés, inspirés et de développer leurs relationnel d’affaires. Nous leur proposons donc dès maintenant une plateforme digitale connectant et rassemblant les professionnels autour de contenu d’expertise et de la présentation de produits et solutions innovants pour favoriser la mise en relation entre fournisseurs et décideurs du CHR.

Nous débuterons du 16 au 20 Novembre prochain avec EQUIPHOTEL WEEK qui proposera une sélection de contenu premium en direct ou à la demande. L’intérêt des professionnels a été immédiat, nous sommes soutenus par la grande majorité de nos partenaires qui apportent leur contenu à diffuser sur la plateforme EQUIPHOTEL WEEK. Les syndicats et associations du secteur nous suivent également et nous confirment l’intérêt des professionnels pour une telle initiative digitale.

EquipHotel

Virginie Corbasson : Quels contenus proposez-vous ?

Béatrice Gravier : Cette plateforme digitale propose une série de contenus premium en direct ou à la demande (plus d’une centaine dans des formats divers), tels que webinars, livres blancs, pitch produits, interviews  leaders, ou encore le concours des Innovation Awards d’EQUIPHOTEL. 

L’occasion, grâce à cette nouvelle expérience digitale, de faire le plein d’idées, de s’inspirer et d’interagir avec les grands acteurs du secteur. Nous valoriserons aussi, dans des formats courts et dynamiques, les innovations des exposants et partenaires du salon, issus des univers de la restauration, hôtellerie, design, bien-être et tech.

Enfin, nous proposons, en partenariat avec L’Ameublement Français, Le FRENCH DESIGN by VIA, le mobilier national et le média Intramuros un moment d’inspiration et d’échange business sur le thème « Recevoir à la française».  

EquipHotel

Virginie Corbasson : La crise a renforcé l’appétence des consommateurs pour un tourisme  local, y a-t-il un accroissement des projets d’hôteliers-restaurateurs qui tiennent compte de cette tendance ? 

Béatrice Gravier : La crise va être longue et difficile pour beaucoup et le paysage touristique est en train de changer, avec moins d’étrangers et plus de locaux, que le secteur de l’hôtellerie-restauration va devoir réapprendre à accueillir avec agilité, flexibilité et créativité.

Mais l’histoire montre que le secteur touristique a une incroyable capacité à se réinventer, trouver des solutions afin de toujours répondre aux nouveaux besoins ou profils de la clientèle, qui ne perd pas goût aux vacances et qui finit toujours par revenir. 

L’histoire montre aussi que toute crise majeure engendre une période de grandes innovations et de transformations. Aujourd’hui, la Covid nous annonce un monde hôtelier beaucoup plus numérique, où le physique et le virtuel vont d’interpénétrer, au service d’un client « augmenté » et éco-responsable. Je pense que nous n’avons encore rien vu en terme d’interaction sans contact, de circuits courts, de fabrication locale et que tout va s’accélérer.

Nous nous devons aussi de réfléchir à un tourisme durable et responsable, sans toutefois diaboliser le tourisme de masse. Réguler les flux, canaliser l’afflux de touristes ne va pas se faire du jour au lendemain et il va falloir investir dans de nouvelles infrastructures et nouveaux agencements. Un axe sera peut-être de travailler à valoriser davantage les longs séjours. Cela permettrait de diversifier les offres, « d’éparpiller » les touristes et d’en faire profiter plus de professionnels touristiques tout en régulant les flux …

Les prochains projets d’hôtellerie-restauration vont naturellement devoir tenir compte de ces nouvelles tendances. Outre la durabilité et le focus sur les nouvelles technologies, la dimension humaine sera au cœur de l’expérience utilisateur : des hôtels avec beaucoup de technologie, mais sans oublier l’accueil, et en particulier l’accueil des familles. Une voie intéressante à exploiter, me semble-il, qui permettra aux professionnels de se différencier, et de capter la clientèle de demain.

Virginie Corbasson : Comment attirer à nouveau la clientèle internationale le moment venu ?

Béatrice Gravier : Le moment venu, la clientèle étrangère aura le même besoin et les mêmes envies que la clientèle locale. Le tourisme doit devenir responsable, durable et garder une dimension humaine – avec une touche culturelle – dans un monde qui va de plus en plus se digitaliser. Ceux qui réussiront à répondre avec sincérité à ces nouvelles tendances n’auront pas de difficultés à (re)trouver leur clientèle, qu’elle soit locale ou internationale.

Virginie Corbasson : Alors que les consommateurs se soucient au quotidien des mesures sanitaires à respecter, quelles solutions s’offrent aux hôteliers-restaurateurs pour concilier une expérience d’évasion et une sécurité sanitaire pragmatique ? Comment réussir à proposer des moments expérientiels d’évasion sans être anxiogène ?

Béatrice Gravier : Pour les consommateurs, la protection sanitaire est importante, ils sont 52% à avoir peur de sortir au restaurant et 24 % vont se renseigner sur les mesures d’hygiène prises par l’établissement avant leur venue. Le respect des protocoles sanitaires est désormais le premier critère de choix d’un établissement hôtelier ou de restauration.

Toutefois, une mesure sanitaire peut aussi devenir une expérience et un moment d’évasion, avec un peu de créativité et un vrai sens de l’expérience client. Prenons l’exemple du chef étoilé Mauro Colagreco qui propose au Mirazur un moment d’exception autour du lavage des mains. Le céramiste Stéphane Montalto a conçu pour le Mirazur seize grands bols en céramique aux couleurs ivoires et turquoises, dans lesquels se trouvent de l’eau alcoolisée et les ”éléments du jour”. Servis avec les deux mains, les clients n’ont plus qu’à tremper leurs doigts pour se désinfecter. « Les gens adorent » rapporte le chef argentin.

Virginie Corbasson : EquipHotel a surmonté le défi de la digitalisation de ses contenus, quelle sera votre ambition pour 2021 ?

Béatrice Gravier : EQUIPHOTEL, comme tout salon, doit être le reflet de l’industrie qu’il rassemble. Il doit être continuellement repensé pour suivre les mouvements de son secteur. Sous l’impulsion du Covid, le secteur du CHR est en pleine mutation. La restauration commerciale accélère sa digitalisation, se convertie à la livraison urbaine, l’hôtellerie se réinvente en étant plus responsable, plus digital tout en restant humaine et expérientielle.

Nous devons en tenir compte et avons donc plusieurs pistes de réflexion pour nous adapter et concevoir la prochaine édition d’EQUIPHOTEL. Nous allons tout d’abord continuer de revisiter et d’enrichir notre offre tech, bien-être et aménagement, qui sont des secteurs en forte croissance sur notre salon. Concernant notre offre alimentaire et d’équipement de cuisine, nous réfléchissons à des synergies entre EquipHotel et Sandwich & SnackShow, le salon référent pour la restauration rapide et nomade qui se tient tous les ans à la Porte de Versailles à Paris et dont la prochaine édition aura lieu du 7 au 8 avril 2021.

La plateforme digitale d’EQUIPHOTEL lancée pendant EQUIPHOTEL WEEK du 16 au 20 novembre va continuer à s’étoffer et proposer contenu premium, et présentations de produits et solutions, dans des formats modernes et dynamiques, tout au long de l’année 2021. En attendant la prochaine édition d’EQUIPHOTEL programmée en novembre 2022, nous continuons d’accompagner les professionnels pour les aider à avancer et se réinventer.

Virginie Corbasson : Merci beaucoup pour cette interview ! Nous vous souhaitons une très belle semaine digitale, riche en rencontres et projets !

Actualités

EquipHotel Week

Découvrir l’évènement

Du 16 au 20 Novembre 2020

Carlin 

Webinaire « Génération Dandy, comment la séduire ? », réservé aux visiteurs de la plateforme, et disponible dès le 16 novembre

VIRGINIE CORBASSON
Head of consulting development

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.