Julie Bonzom, est une marque de bijoux semi-précieux basée dans le Sud de la France. Entre pièces fortes et ornements délicats, ses créations « coup de coeur »  se destinent à ceux et celles qui cultivent l’amour des matériaux nobles et des belles pierres.
La fondatrice et créatrice de la marque, nous accueille dans son atelier,  situé dans le centre historique de Montpellier, pour nous faire découvrir les coulisses de son univers.

Agnès Loubière – Chef de Projet chez 79C-Groupe Carlin : Bonjour Julie, peux-tu te présenter et nous raconter comment cette belle aventure a démarré ?

Julie Bonzom – Fondatrice de Julie Bonzom : Bonjour, je m’appelle Julie Bonzom, j’ai 26 ans, je suis créatrice de bijoux, basée à Montpellier. J’ai eu un parcours un peu atypique puisque j’ai commencé par suivre des études de psycho avant de me tourner vers les bijoux.

Julie Bonzom, créatrice de la marque

A.L : Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans cette voie ?

J.B : Depuis toujours je suis très « manuelle » et j’ai toujours aimé les belles choses. Ensuite, en tant qu’étudiante je voyais des bijoux qui me plaisaient mais que je ne pouvais pas m’offrir. Et puis j’avais aussi ce besoin de créer à l’instinct, de travailler les belles matières.
C’est une combinaison de facteurs qui m’a poussé à me lancer à l’âge de 19 ans.

Au début j’ai commencé avec mes amis et ma famille, puis j’ai ouvert une page Facebook, un compte Etsy et rapidement la nécessité de créer un site internet pour répondre à la demande s’est imposée.

A.L : Créatrice mais également entrepreneuse, comment t’es tu intégrée dans un milieu aussi concurrentiel ?

J.B : L’instinct dans la création et la conviction de savoir où je voulais aller dès le début ont été de réels moteurs pour me lancer. Ensuite, je pense que j’ai appris les codes du métier sur le tas en faisant des salons, ce qui favorise les rencontres et les échanges sur le métier. Et puis j’ai tout de suite été attiré par des matières qui sont peu travaillées par la concurrence, ce qui me permet de me démarquer. Je travaille essentiellement le « gold filled » (base de laiton recouverte d’or, au moins 50 fois supérieur au plaqué or), une super matière qui a un très beau rendu et résiste très bien dans le temps, et j’utilise aussi beaucoup les diamants bruts dans mes créations.

Bracelet Lily

Collier Joe

A.L : Tu utilises aussi beaucoup les pierres semi-précieuses dans tes bijoux…

J.B : Oui tout à fait, ces types de pierres sont au coeur de mes inspirations. Jusqu’à présent j’ai surtout axé mes choix sur la labradorite (reflets bleus, verts et gris), la topaze blanche, le quartz et la pyrite (brun doré) mais cette année je vais aussi intégrer la citrine (quartz jaune) et la iolite (pierre violette).

Je sélectionne chacune des pierres en fonction des jeux de lumières qu’elles offrent  puis je les assemble au « coup de coeur » sur des colliers, des bracelets, des bagues ou encore des boucles d’oreilles. J’aime vraiment les matières brutes, elles m’inspirent grâce à toutes les possibilités qu’elles offrent pour créer de belles pièces intemporelles.

Collier Ana

Bagues Téo et Lily

A.L : Tes créations sont-elles influencées par la tendance, la saisonnalité ? Comment travailles-tu tes collections ?

J.B : Ma manière d’envisager mes collections a beaucoup évolué dans le temps. Maintenant j’imagine surtout un ensemble cohérent et en harmonie, une collection qui se renforce de saison en saison.
Je travaille autour de thèmes où la matière est toujours centrale, par exemple une pierre, un style de chaine ou une couleur… J’ai des pièces fortes, centrales, autour desquelles d’autres éléments viennent s’intégrer.

C’est sûr que les tendances et les saisons m’influencent mais ça n’est pas l’essentiel, je préfère penser intemporel. J’ai aussi l’envie de voir mes pièces portées à toutes les périodes de l’année et différents moments de la journée. Et puis je travaille beaucoup au coup de coeur, je préfère présenter un nombre restreint de bijoux mais auxquels je crois et que j’affectionne particulièrement.

BO Spike, Caly, Eclair et Solitaire

Collier et ras de cou Blossom

A.L : La crise sanitaire a dû perturber tous tes projets, comment t’es tu adaptée ?

J.B : Au début c’était très compliqué, pendant le 1er mois du confinement j’ai dû tout arrêter. Mais cette pause forcée m’a été très bénéfique, elle m’a permis de me recentrer sur mes envies et de renouer avec le plaisir de créer.

Pour écouler mon stock de matières premières j’ai commencé à faire des ventes directes sur Instagram en proposant des mini collections capsules. Je me suis vraiment amusée en créant à partir de ce que j’avais, j’ai retrouvé les plaisirs du début.  En plus, le succès a rapidement été au rendez-vous et ce qui ne devait être qu’une opération test est devenue un rendez-vous hebdomadaire. J’ai pu à la fois m’amuser, essayer de nouvelles choses et renforcer les liens avec mes clients, créer une sorte de communauté en fait.

A.L : Justement, en tant que DNVB (Digital Native Vertical Brand) j’imagine que la place de ta communauté est très importante. Comment entretiens-tu ce lien ?

J.B : Depuis le début j’ai toujours voulu casser la barrière du digital et humaniser la marque au maximum. Je me rends toujours disponible pour mes clients, je réponds très rapidement, je donne des petits conseils, j’essaye de créer une relation avec chacun dans la mesure du possible. Pendant la premier confinement ça s’est d’ailleurs intensifié avec les ventes directes où je présentais des nouvelles pièces, des nouvelles combinaisons, … j’ai aussi révélé comment je travaillais… Je me suis davantage montrée et j’ai invité mes clients à faire de même sur les réseaux, ce qui a renforcé le dialogue dans la communauté.

A.L : Ta marque semble s’être particulièrement développée cette année, comment envisages-tu 2021 et la suite ?

J.B : Comme tu le dis ma marque a beaucoup évolué et je sens que les bases se sont solidifiées. Maintenant je voudrais continuer à la faire grandir en revenant à l’essentiel, en laissant plus de place à l’inspiration naturelle et moins aux injonctions de la saisonnalité et de la sur-production.

A.L : Merci beaucoup Julie, c’était très intéressant de découvrir ton univers nous te souhaitons de continuer sur cette belle lancée ! 

J.B : Merci !

Pour en savoir plus sur la marque de bijoux semi-précieux Julie Bonzom, rendez-vous sur @juliebonzom ou le site internet

AGNÈS LOUBIÈRE
CHEF DE PROJET - 79C

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.