Le peu de recul quant à la crise mondiale majeure rendait particulièrement ardue toute enquête d’opinion. Les instituts d’études se démènent pourtant pour faire émerger les premières statistiques afin d’éclaircir la situation actuelle.

Carlin partage avec vous 5 premiers résultats publiés pour mieux cerner l’impact de crise sanitaire sur nos comportements confinés.

1/ DES SOLDES AU RABAIS

© afp

Institutions de la consommation mondiale, les soldes représentent un rendez-vous encore très couru. Pourtant, depuis l’épidémie de Covid-19 et le début de la mise en quarantaine d’une bonne partie de la planète, toutes les certitudes économiques de « l’ancien monde » volent en éclats.

Initialement prévues en France du 24 juin au 21 juillet, les soldes pourraient être décalées. C’est en tout cas une hypothèse largement soutenue par 88% des professionnels du secteur de la mode, dont 40% appellent à un report de quatre à huit semaines comme le renseigne un questionnaire de WSN.

Même constat outre-Atlantique où « l’Amazon Prime day », le Black friday de juillet, sera repoussé en août d’après la direction de la multinationale.

LE POINT DE VUE CARLIN : Alors que l’incertitude règne en maître, le secteur de la mode particulièrement fragilisé tente de redonner un peu de valeur à sa sortie de crise en pariant sur le désir de shopping des consommateurs frustrés pendant le confinement.

2/ UNE QUESTION DE CONFIANCE

La crise sanitaire s’est muée en crise globale pour bon nombre de secteurs au rang desquels celui de la consommation. Conformément aux directives gouvernementales, les ménages ont déjà modifié leurs habitudes pour se tourner vers les achats de première nécessité. Mais cette période de trouble pourrait amorcer des changements durables.

Selon une enquête menée par l’Obosco (l’Observatoire Société et Consommation) entre le 4 et le 8 avril 2020, 63% des consommateurs estiment avoir perdu la confiance qu’ils plaçaient dans les marques qu’ils jugent « opportunistes » à 40%.

Parallèlement, une enquête menée dans 12 pays dont l’Inde, le Japon et le Brésil par le Baromètre Edelman vient de révéler que 71% des consommateurs affirmeraient perdre définitivement toute confiance envers les marques si celles-ci se risquaient à privilégier le profit pendant cette crise.

LE POINT DE VUE CARLIN : La gestion des marques pendant la crise se révèle stratégique. Entre silence, prise de position opportuniste et engagement solidaire, il semble que les consommateurs sauront se souvenir…

3/ MAUVAISE PUB

© Pixabay

Particulièrement impacté par la crise sanitaire actuelle, le secteur médiatique subit de plein fouet la frilosité soudaine des investisseurs. Pourtant précieux relais de l’information, les journaux, radios et chaînes de télévision voient leurs annonceurs lever le pied sur l’achat d’espace dont leurs finances dépendent grandement.

Des baisses allant de 50% à 97% ces dernières semaines en France, selon les analyses conduites par Kantar. Déroute similaire au Canada où le gouvernement de Justin Trudeau vient d’annoncer un plan de sauvegarde de 30 millions de dollars pour compenser le manque à gagner.

4/ LES JEUNES EN PREMIÈRE LIGNE

© Pixabay

Premières victimes de l’instabilité économique actuelle, les jeunes voient les horizons se rétrécir un peu plus. Selon une étude française menée par le Baromètre Heyme, 20 minutes et OpinionWay, 35% des 18-30 ans estiment que la crise du Covid-19 aura des conséquences négatives sur leurs revenus à venir, et 6% expliquent déjà traverser une situation économique personnelle critique. Un constat largement partagé, notamment au Canada où le chômage des 15-24 ans a bondi de 6,5% entre février et mars 2020.

LE POINT DE VUE CARLIN : Alors que les marques rêvent de séduire les jeunes consommateurs encore à la recherche de leurs codes identitaires et statutaires, l’impact économique de cette crise pourrait réduire leur champ d’action. Malgré la sortie de crise à venir, avec un pouvoir d’achat revu à la baisse, les jeunes consommateurs pourraient voir leur désir de consommation sérieusement s’éroder pour rester concentrer sur leurs besoins essentiels…

5/ TRAVAIL À LA PEINE

© Pixabay

Mesure phare pour favoriser la distanciation sociale, le télétravail a modifié le rapport entretenu par les employés à leur occupation. Les tunnels de réunions zoom ont considérablement brouillé les horaires, et au stress du bureau s’est ajouté celui des enfants à garder. Selon une étude Opinion Way sur le bien-être au travail, près de 44% des Français interrogés seraient en détresse psychologique dont 18% présenteraient des signes de dépression.

Une situation tout aussi préoccupante en Chine, berceau de l’épidémie mondiale, où la résilience psychologique des travailleurs les plus jeunes serait au plus bas avec un score de 28,75 sur 40 pour les 19-29 ans selon une étude initiée par le Dr. Zhang Xiaomeng de la Cheung Kong Graduate School of Business.

Geraldine bouchot marketing directrice carlin creative trend bureau

GÉRALDINE BOUCHOT
TRENDS & FORECASTING EDITORIAL DIRECTOR

contact us

MATIS MONDET
MARKETING ASSISTANT

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.