LA LINGERIE SE RHABILLE !

C’est un fait : prêt-à-porter et lingerie présentent des liens indissociables : essor de la lingerie dessus/dessous sur les défilés, slipdress façon 90’s, lingerie à porter… les télescopages sont multiples.

Afin d’injecter une dimension lifestyle à leurs collections, d’enrichir leurs gammes et de générer des ventes additionnelles et complémentaires, les marques de prêt-à-porter ont déjà lancé leurs propres modèles de lingerie, sous forme de coolabs (Uniqlo x Princesse Tam Tam, Albertine x Bompard), ou de fabrication maison (Stella McCartney, Brigitte Bardot).

 

image-1

 

Une manière de développer l’offre, et les bénéfices ! Si les ventes de prêt-à-porter sont toujours à la peine, le marché de la lingerie a progressé de 1.7% en 2015, et continue son ascension.

Un désir de renforcer l’offre lingerie qui se distingue également dans la distribution : le Printemps Haussmann a revu cette année sa segmentation lingerie et chaussants, et lui accorde plus d’importance en déplaçant son étage lingerie du bâtiment « maison » au bâtiment principal, qui abrite mode et luxe.

Une confusion des genres règne sur les collections et le merchandising pour une offre plus métissée et désirable.

Ainsi, les marques de lingerie ne sont pas en reste et développent à leur tour quelques pièces de prêt-à-porter pour décliner leurs créations sur des pièces différenciantes, tout en assurant une logique dans la collection lingerie / prêt-à-porter : une offre qui se répond et qui se complète.

C’est le cas de Charlott’Lingerie, n°1 de la vente de lingerie à domicile, qui a lancé cette saison sa collection de prêt-à-porter. Une manière de fidéliser ses clientes de VAD, et d’attirer une nouvelle clientèle grâce à une offre multiple.

 

image-2

 

La maison de lingerie de luxe La Perla retrouve les moyens de ses ambitions et présente sa nouvelle directrice artistique, Julia Haart, qui participera au lancement de la nouvelle collection prêt-à-porter femme. La maison entend bien renforcer sa stratégie de diversification grâce aux collections de mode, avec une collection PE17 « révolutionnaire » selon les mots de Silvio Scaglia (Pacific Global Management). La maison tiendra-t-elle ses promesses ?

Pour aller plus loin, Carlin ose même aller vers les collections homewear pour les transformer en pièces à vivre au quotidien : les collections AH16/17 Oysho se rapprochent dangereusement du dailywear, pour notre plus grand plaisir. Des pièces chics, modernes, voire même minimalistes, un éditorial façon magazine branché aux poses léchées, matières et prints empruntés aux tendances prêt-à-porter… ! Des pièces à faire descendre dans la rue ! Oserez-vous ?

 

image-3

 

Pauline Bonafous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *