Cette saison, pour rendre compte d’une fashion week britannique totalement atypique, Carlin Creative vous propose une nouvelle forme de décryptage sous forme de portraits croisés des designers incontournables de la scène londonienne, mettant en parallèle des collections aux styles parfois proches ou interprétant une même tendance avec leurs ADN respectifs. Un dialogue parfois surprenant, où les affinités ne sont pas toujours celles auxquelles on s’attend…


HALPERN vs. DAVID KOMA

Surgit il y a environ 3 ans sur les podiums londoniens, Michael Halpern s’est imposé à coup de sequins festifs et colorés, proposant une garde-robe scintillante sous forte influence disco. Cette saison, le designer s’intéresse au noir & blanc dans une veine plus tailored et en travaillant ses sequins fétiches en motifs optiques. David Koma, vétéran d’une mode sharp et glam,  lui répond sur un  terrain de style similaire, pour une silhouette toujours très affirmée et graphique.


COLVILLE vs. DURO OLOWU

Molly Molloy and Lucinda Chambers, les fondatrices de Colville ont, dès le départ, injecté dans leurs collections des influences variées et colorées, européennes ou sud-américaines, dans une approche du design parfois proche de la décoration intérieure. Cette saison, elles misent sur de grands imprimés rétros en total-look. Quant à lui, Duro Olowu s’est inspiré de photos d’afro-américains des années 60-70 pour proposer une collection pleine de vitalité qui juxtapose audacieusement les motifs.


SIMONE ROCHA vs. ERDEM

Si ces deux labels ont toujours travaillé une mode « romantique », Simone Rocha s’est imposée comme un label londonien incontournable et bankable à l’international, avec cette saison, une influence ballerine-grunge en mode doucement rebelle. Son challenger, Erdem Moralogliu, a fait du floral son domaine de prédilection, avec pour l’automne prochain, une approche toujours un peu mélancolique mais structurée dans les formes et le choix de matières.


MOLLY GODDARD vs. MARK FAST

A priori, pas grand-chose ne rapproche ces labels, et pourtant. Si Molly Goddard s’est fait connaître par ses volumineuses robes en tulle bouillonnés, toujours bien présentes, la créatrice élargit son offre vers des silhouettes plus quotidiennes, avec cette saison un vestiaire chaleureux autour du tartan. Mark Fast s’intéresse aussi aux carreaux en les détournant sur des doudounes ou en les associant avec d’autres motifs, dans un approche dynamique et pleine de pep’s.


ROKSANDA vs TOGA

Rokasanda Ilincic s’est auto-proclamée reine du color-blocking, souvent travaillé sur de grandes robes très appréciées sur les red-carpets. Pour la saison prochaine, elle propose également des silhouettes plus neutres, axées sur le travail des volumes et des matières.
Yasuko Furuta, créatrice de Toga, possède une vision multiculturelle qui fait de son label l’un des plus intéressants de la scène londonienne, proposant une collection qui allie recherche des proportions et détails singuliers.


Et enfin, pour la route, immergez-vous dans l’univers électrisant de la créatrice Matty Bovan, psychédélique à souhait, avec des vêtements comme des collages, juxtaposant joyeusement des matériaux récupérés ou sourcés localement.



THOMAS ZYLBERMAN

SENIOR DESIGNER WOMEN’S RTW


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.