La fashion week de Milan nous aura fait vivre une expérience carrément extrême en nous écartelant sans cesse entre sex-appeal et sobriété, modernité design et clichés exploités jusqu’à l’excès. Car en effet, chez certaines grandes maisons italiennes, on semble imperméable aux questionnements qui traversent actuellement la société sur le féminin, sa représentation, ses codes… Hein, de quoi? R U talkin’ to me?? Bottes cagoles, minis très très hot, bustiers torrides, brillances étincelantes, silhouettes fantasmatiques… De Dolce & Gabbana à Cavalli en passant par Versace ou Blumarine, pour oublier définitivement la pandémie on a mis le paquet sur le glam, avec parfois l’alibi Y2K, comprenez la mode clinquante des années 2000 version Paris Hilton. De l’autre côté du spectre, Raf Simons chez Prada ou Kim Jones chez Fendi pèsent de tout leur poids pour rééquilibrer la balance et, vous allez le voir, ils ne sont pas les seuls. Allez, on vous fait la visite !

MINI MINI

Bon, ne tournons pas davantage autour du pot et crevons l’abcès tout de suite : à Milan, on veut de la jambe, de la cuisse, voire même plus ; ça dépend si le terrain est plat ou s’il y a des marches, là ça va être chaud. Unie ou imprimée, mate ou satinée, la mini est la tendance lourde de la saison, donc on limitera strictement l’usage des robes et jupes midi aux réunions de parents d’élèves.

Roberto Cavalli

Prada

Etro

Fendi

MINI MINI

Bon, ne tournons pas davantage autour du pot et crevons l’abcès tout de suite : à Milan, on veut de la jambe, de la cuisse, voire même plus ; ça dépend si le terrain est plat ou s’il y a des marches, là ça va être chaud. Unie ou imprimée, mate ou satinée, la mini est la tendance lourde de la saison, donc on limitera strictement l’usage des robes et jupes midi aux réunions de parents d’élèves.

Roberto Cavalli

Prada

Etro

Fendi

CUIR NOIR

Ah chic, on va pouvoir ressortir son bon vieux blouson en cuir, endormi au fond du dressing, vive l’économie du ré-emploi ! C’est pas compliqué, du moment que c’est noir, ça le fait. Prada propose toute une palette de formes diversifiées, à porter idéalement sur le très court susnommé. Là où ça se corse, c’est en version bustier, option short cuir coordonné, pas sûr qu’on l’ait déjà au fond de nos placards, va falloir investir.

Prada

Dolce Gabbana

Tod’s

Philosophy

CUIR NOIR

Ah chic, on va pouvoir ressortir son bon vieux blouson en cuir, endormi au fond du dressing, vive l’économie du ré-emploi ! C’est pas compliqué, du moment que c’est noir, ça le fait. Prada propose toute une palette de formes diversifiées, à porter idéalement sur le très court susnommé. Là où ça se corse, c’est en version bustier, option short cuir coordonné, pas sûr qu’on l’ait déjà au fond de nos placards, va falloir investir.

Prada

Dolce Gabbana

Tod’s

Philosophy

CROCHET & MACRAMÉ

On croyait que c’était essentiellement pour flâner en bord de mer comme chez Etro, mais en fait pas seulement ; le crochet se portera désormais à la ville, en version petite robe structurée chez Max Mara ou en total-look graphique chez Jil Sander. Et les plus téméraires oseront la combi-pantalon façon vannerie de chez Alberta Ferretti, le défi de la saison.

Etro

Max Mara

Jil Sander

Alberta Ferretti

CROCHET & MACRAMÉ

On croyait que c’était essentiellement pour flâner en bord de mer comme chez Etro, mais en fait pas seulement ; le crochet se portera désormais à la ville, en version petite robe structurée chez Max Mara ou en total-look graphique chez Jil Sander. Et les plus téméraires oseront la combi-pantalon façon vannerie de chez Alberta Ferretti, le défi de la saison.

Etro

Max Mara

Jil Sander

Alberta Ferretti

BIKINI FEVER

Toujours dans cet esprit la plage-en-ville ou télétravail-Riviera, on va beaucoup vivre en bikini la saison prochaine, de quoi transformer n’importe quelle visio un peu rébarbative en beach-party torride. Donc, le jeu, c’est de montrer au moins un triangle, par une échancrure, une encolure bien dégagée, un boutonnage qui s’entrouvre… Chez Bluemarine, on montre joyeusement les deux, c’est plus Y2K paraît-il.

Missoni

Dolce & Gabbana

Etro

Blumarine

BIKINI FEVER

Toujours dans cet esprit la plage-en-ville ou télétravail-Riviera, on va beaucoup vivre en bikini la saison prochaine, de quoi transformer n’importe quelle visio un peu rébarbative en beach-party torride. Donc, le jeu, c’est de montrer au moins un triangle, par une échancrure, une encolure bien dégagée, un boutonnage qui s’entrouvre… Chez Bluemarine, on montre joyeusement les deux, c’est plus Y2K paraît-il.

Missoni

Dolce & Gabbana

Etro

Blumarine

PANTALON AMPLE

Et en bas, on mettra quoi ? Un beau pantalon jambes larges, ample mais structuré, à l’aspect subtilement soyeux, voire légèrement satiné, chic-issime en somme. Ce n’est pas un simple décalque du pantalon masculin mais l’expression d’un tailoring d’été ultra-valorisant, qu’on peut porter avec des plateform shoes histoire de prendre de la hauteur. Figure de proue de cette tendance, indubitablement Fendi par Kim Jones.

Fendi

Missoni

Jil Sander

Del Core

PANTALON AMPLE

Et en bas, on mettra quoi ? Un beau pantalon jambes larges, ample mais structuré, à l’aspect subtilement soyeux, voire légèrement satiné, chic-issime en somme. Ce n’est pas un simple décalque du pantalon masculin mais l’expression d’un tailoring d’été ultra-valorisant, qu’on peut porter avec des plateform shoes histoire de prendre de la hauteur. Figure de proue de cette tendance, indubitablement Fendi par Kim Jones.

Fendi

Missoni

Jil Sander

Del Core

IMMACOLATA

C’est là tout le paradoxe de cette fashion week milanaise, alors que certaines maisons surjouent les codes du sexy et du glam, d’autres proposent une silhouette immaculée toute en délicates nuances de blanc, aux proportions monacales et contemporaines, avec un travail autour du volume et de l’ampleur.

Salvatore Ferragamo

Sportmax

Jil Sander

Prada

ORANGE, ANIS

Voilà un cocktail hyper rafraîchissant pour l’été, une dose d’orange plein de vitamines et une dose d’anis un peu artificiel ; Versace démontre d’ailleurs qu’on peut parfaitement les associer sur la même silhouette. Ces coloris incarnent  à merveille le dynamisme de cette nouvelle saison et se prêtent à une interprétation plutôt sporty et tonique.

Max Mara

Versace

Blumarine

MSGM

RAYURES, LE RETOUR

On les avait un peu perdues de vue, et voilà qu’elles reviennent sur les podiums milanais ; focus sur les grandes rayures : elles sont travaillées en biais et en souplesse chez Fendi, en mode ultra graphique chez Marni, ou dans une approche plus preppy et fraiche chez Max Mara et Anteprima. Ça nous changera des imprimés peau de bête, inhérentes à certaines maison italiennes.

Marni

Fendi

Max Mara

Anteprima

TOTAL MOTIF

L’imprimé de pied en cap, en total-look, oui on y va ! Il incarne parfaitement cette aspiration hédoniste qui a caractérisé la fashion week milanaise, cette joie de vivre jusqu’à l’excès, comme pour annoncer le retour d’un monde ou la frivolité et le too-much seraient à nouveau permis. On en rêve déjà.

Versace

La Double J

Emilio Pucci

Del Core

IMMACOLATA

C’est là tout le paradoxe de cette fashion week milanaise, alors que certaines maisons surjouent les codes du sexy et du glam, d’autres proposent une silhouette immaculée toute en délicates nuances de blanc, aux proportions monacales et contemporaines, avec un travail autour du volume et de l’ampleur.

Salvatore Ferragamo

Sportmax

Jil Sander

Prada

ORANGE, ANIS

Voilà un cocktail hyper rafraîchissant pour l’été, une dose d’orange plein de vitamines et une dose d’anis un peu artificiel ; Versace démontre d’ailleurs qu’on peut parfaitement les associer sur la même silhouette. Ces coloris incarnent  à merveille le dynamisme de cette nouvelle saison et se prêtent à une interprétation plutôt sporty et tonique.

Max Mara

Versace

Blumarine

MSGM

RAYURES, LE RETOUR

On les avait un peu perdues de vue, et voilà qu’elles reviennent sur les podiums milanais ; focus sur les grandes rayures : elles sont travaillées en biais et en souplesse chez Fendi, en mode ultra graphique chez Marni, ou dans une approche plus preppy et fraiche chez Max Mara et Anteprima. Ça nous changera des imprimés peau de bête, inhérentes à certaines maison italiennes.

Marni

Fendi

Max Mara

Anteprima

TOTAL MOTIF

L’imprimé de pied en cap, en total-look, oui on y va ! Il incarne parfaitement cette aspiration hédoniste qui a caractérisé la fashion week milanaise, cette joie de vivre jusqu’à l’excès, comme pour annoncer le retour d’un monde ou la frivolité et le too-much seraient à nouveau permis. On en rêve déjà.

Versace

La Double J

Emilio Pucci

Del Core

Et enfin, découvrez « The Swap », ou comment les maisons Versace et Fendi ont échangés leurs DA, Donatella et Kim Jones, le temps d’une collection mutagène et addictive.

À bientôt pour la Paris « crazy » Week !

THOMAS ZYLBERMAN
SENIOR DESIGNER WOMEN’S RTW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.