« DEHORS ! » C’est en gros le message que les maisons parisiennes nous ont fait passer lors de la dernière fashion week, toujours virtuelle mais bien décidée à s’incarner dans la vraie vie dès les premières chutes de feuilles mortes. Pour la prochaine saison, les designers ont donc la ferme intention de nous faire sortir de chez nous et de nous confronter au monde extérieur, en proposant des silhouettes prêtes à braver tous les temps, protectrices, fonctionnelles, urbaines ou carrément outdoor, sans oublier l’extérieur « social » qui renoue avec une silhouette structurée et tailored. Exit les joggings et les pyjamas, même chics, car si la recherche de confort demeure omniprésente, c’est dehors que ça va se passer. On l’espère très fort.


PUFFY

Chose promise, chose due, quelles que soient les températures, aucune excuse pour ne pas sortir. Les ouatinages et matelassages surdimensionnés enveloppent le corps, dans une veine franchement skiwear chez Miu Miu, total-look chez Balmain ou plus urbaine et design chez Loewe et Louis Vuitton.


FONCTIONNEL PIMPÉ

On dégonfle un peu et on retrouve un semblant de silhouette, mais alors pratique s’il vous plaît et fonctionnelle, avec des poches partout, des rabats, des pressions, parce qu’on va arpenter la ville en tous sens, qu’il pleuve ou qu’il vente. Interprétation plutôt classique chez Hermès et Longchamp, ou pimpée par la couleur chez Isabel Marant et Nina Ricci.


PULL JACQUARD

Toujours dans la série froid-moi-jamais, les maisons parisiennes ont sorti leurs aiguilles et nous ont tricoté des petits pulls en maille jacquard à porter en toute occasion et surtout en superposition sur une robe. En version pop chez Chanel et Miu Miu, ou incolore et citadine chez Lutz Huelle ou Paco Rabanne.


WARM

L’appétence pour une mode chaleureuse se retrouve chez de nombreux designers avec une palette de bruns et de caramels déclinés sur des unis amples et enveloppants comme chez Acne Studio et Vuitton, ou travaillés en patchwork de cuir comme chez Chloé ou Marine Serre.


MONACAL ANDROGYNE

Là, c’est le revers de la médaille : une mode distanciée et en monochromes de gris minimalistes, qui jouent les superpositions et les asymétries pour réinventer le costume citadin. Le designer Peter Do s’est rapidement imposé comme la référence incontournable de ce tailoring renouvelé, tandis que Y/Project poursuit son travail autour des anamorphoses et des hybridations.


LA VESTE

C’est la pièce qui symbolisera notre retour à la vie sociale après plus d’un an passé dans des vêtements mollassons : c’est le retour de la veste cintrée à la taille, à rebours du grand blazer ample que l’on voit beaucoup en ce moment. On reviendra la saison prochaine à une ligne plus appuyée qui dessine le buste, une allure parfaitement classique et chic, qui nous fera le plus grand bien.


LUCIOLE

S’il y a une couleur qui s’associe parfaitement aux gris et aux noirs, c’est ce petit jaune-vert acide que l’on retrouve chez de nombreuses maisons et qui éclaire les collections de son éclat un peu artificiel. Il est souvent proposé sur maille, mousseuse et XXL chez Balmain, ou près-du-corps chez Coperni ou Vetements.


COURT !

Pressenti dans les collections de la précédente édition, le court s’impose franchement cette saison et amène avec lui un souffle d’optimisme et de fraîcheur salutaire. Si on pense forcément aux années 60, positives et tournées vers l’avenir, on n’est pas ici dans une évocation vintage mais on voudrait bien croire aux promesses de lendemains radieux et optimistes !


CUISSARDES

Qui dit court, dit… cuissardes, surtout pour une saison d’automne-hiver, c’est le duo charismatique qui va signer la nouvelle allure toute en jambes mais bien protégées des frimas et des aléas du climat. En version fonctionnelle chez Acne Studio et Balmain, elles se font citadines chez Courrèges et carrément party-time chez Coperni.


ROUGE

Eclipsé pendant plusieurs saisons par l’omniprésence du rose, le rouge revient en force, incarnation d’une élégance à la fois intemporelle et affirmée. Il insuffle l’énergie et la vitalité dont nous avons besoin pour retrouver le plaisir de s’habiller, de sortir, de marcher, de vivre quoi… Red, or dead !


Enfin, comme Lady Gaga pour l’investiture présidentielle américaine ou Beyoncé lors des derniers Grammy Awards, on se laisse fasciner par le surréalisme de la maison Schiaparelli, aux accessoires-sculptures oniriques et fantastiques :




THOMAS ZYLBERMAN

SENIOR DESIGNER WOMEN’S RTW


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.