– Quid de la situation en Inde du point de vue d’un de nos plus fidèles clients sur place ? –

Edith Keller – PDG du bureau de tendances Carlin Creative : Bonjour Olivier, il y a 9 ans tu intégrais le groupe TATA à BOMBAY, pour diriger le secteur femme de l’enseigne Westside Trent, après une longue expérience de directeur de collection en Europe. J’aimerais que tu me parles des évolutions les plus notoires durant ces 9 ans ?

Olivier Chaland – Head of Women & Kids Wear – Groupe TATA : Bonjour Edith ! J’ai rejoint Westside, car leur stratégie est ambitieuse et notamment sur leur vision de la femme. Aujourd’hui l’enseigne est consacrée à la femme à 85% du chiffre d’affaires. Nous avons anticipé l’émancipation des femmes en Inde. Aujourd’hui, 40 % des femmes ont eu la chance de poursuivre des études, et un bon nombre d’entre elles travaillent. Ceci est bien sûr particulièrement vrai dans les métro-city comme New Dehli, Bombay, Bangalore… En effet, il y a toujours un énorme écart de culture entre ces femmes très libérées et les femmes qui vivent dans les campagnes ou les petites villes, et qui n’ont pas eu accès à l’éducation.

Quand je suis arrivé chez Tata, la mode européenne femme ne représentait que 14% du secteur, c’est près de 25 % aujourd’hui. Elles adoptent cette mode européenne pour affirmer leur indépendance et aussi dans un souci de praticité (rien n’est plus difficile à porter qu’un Sari)

Olivier Chaland

E.K : Comment as-tu réussi à cerner les attentes des femmes indiennes ?

O.C : J’ai tout d’abord été très à l’écoute, notamment des équipes, qui m’assuraient que le noir, le sexy, les synthétiques ne se vendraient jamais, et puis, j’ai testé, osé ! Aujourd’hui le noir représente 25 % de nos ventes, les tops « sexy » sont des best-sellers chez notre marque Nuon. Bien sûr, j’ai aussi segmenté l’offre, et mis en place tous les outils de gestion nécessaires aux succès de nos marques.

E.K : Quel est le segment le plus populaire ?

O.C : Hormis une marque « business », globalement c’est un style « casual easy mode » qui domine.

Westside – Groupe TATA 

E.K : Y’a-t-il toujours des tabous à ne pas franchir ?

O.C : Peu ! Les femmes des grandes villes montrent leurs jambes, leur ventre. La seule partie du corps à ne pas exposer est la poitrine, donc, pas de décolletés vertigineux …d’ailleurs nous vendons très bien les » minimizer ».

E.K : Tu avais engagé une politique RSE avant le COVID, où en es-tu ?

O.C : Pour l’instant, le consommateur Indien, dans sa majorité n’est pas encore concerné, mais cela tient à cœur au groupe TATA ! Nous allons faire un très gros efforts sur la sélection des fibres. Nous allons privilégier les viscoses, le coton avec les entreprises qui développent le projet « better cotton initiative» avec notamment une très grande réduction de la consommation d’eau (permettant ainsi aux cultivateurs d’avoir de meilleurs revenus), de même pour le denim, et nous allons privilégier le polyester recyclé. Par ailleurs nous faisons un gros travail de fidélisation de nos fournisseurs locaux.

E.K : Quels changements d’attitude depuis la COVID ?

O.C : Les femmes indiennes étaient très en demande de nouveautés, de mode, pour pouvoir affirmer leur personnalité et leur indépendance.  Aujourd’hui, nombreuses sont celles qui vont subir une forte baisse du pouvoir d’achat, ce n’est donc pas l’appétence qui disparaît mais les moyens financiers car peu de groupes Indiens ont maintenu les salaires de tous comme TATA. Mais l’Inde consomme encore par plaisir, et la reprise de la consommation mode suivra la reprise économique, car l’apparence personnelle est essentielle ici. Par ailleurs, un phénomène notoire est la montée en puissance de la maille au détriment du chaine et trame, pour deux raisons majeures : il est plus facile d’acheter sans essayer des produits maille, et nous notons une recherche de confort, notamment pour le télétravail, pour les hauts et les bas.

E.K : Quels sont les projets pour les prochaines années ?

O.C : Westside va accélérer le développement de son site de shopping on line et nous allons vers une dématérialisation et une simplification des process.

Westside – Groupe TATA 

E.K : Merci beaucoup pour cet éclairage sur ce pays multi-facettes si fascinant, où les femmes commencent à se faire leur place ! Je sais à quel point ce challenge te rend heureux, bonne continuation…et nous t’attendons avec impatience à Paris.

EDITH KELLER
PDG

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.