Des animaux-copains, des arbres à planter pour compenser l’empreinte carbone du show et toujours une collection 100% fur et leather-free. Le show Stella McCartney automne/hiver 2020-2021 auquel Carlin a assisté n’a pas dérogé à la règle et a remis les animaux au centre des préoccupations…et du podium.

Mascottes distribuant des boutures d’arbres à l’entrée du défilé – ©carlin

Un cheptel d’animaux – lapin, vache, crocodile en tête – en haut des marches du grand escalier de l’Opéra Garnier alors que la Fashion Week parisienne bat son plein. Vous n’assistez pas à une représentation de La Ferme des animaux d’Orwell mais au tout dernier défilé Stella McCartney automne/hiver 2020-2021.

Sous la naïveté apparente, la styliste britannique martèle toujours le même message : non à la fourrure, non au cuir et oui à la mode la plus sustainable possible. Vegan aux convictions publiques et revendiquées, Stella McCartney a une nouvelle fois démontré sa capacité à conjuguer luxe et conscience écologique lors de l’un des défilés les plus courus de la Fashion Week parisienne.

Silhouette de la collection Stella McCartney FW2021 ©carlin

Sur le podium, la londonienne propose des trench-coats revisités et accessoirisés de broches, colliers et pendants aux formes animalières, inspirés des hiéroglyphes pour l’hiver prochain. Stella McCartney conjugue l’univers de l’artiste russe Erté auquel elle emprunte des motifs inédits, à la naturalité de tons minéraux : argile, charbon, sable…

Silhouette de la collection Stella McCartney FW2021 ©carlin

Mais parmi les pièces phares, des robes en cuir végétal et d’énormes manteaux en koba, – nouvelle alternative à la fourrure que la styliste vient de lancer – ne manquent pas de rappeler son engagement contre toute souffrance animale depuis la fondation de sa marque en 2001. La collection présente également nombre de (fausses) peaux lainées – du shearling à la peau de mouton – toujours garanties animal-free.

« Vous n’aurez pas leurs peaux, ni la mienne », tel pourrait être le mot de défi de l’irrévérencieuse fille de Paul McCartney lancé aux climato-sceptiques qui se sont récemment regroupés derrière Naomi Seibt, l’adolescente allemande qui s’oppose à Greta Thunberg.

Une jeunesse que Stella McCartney tient pour public-cible à convaincre absolument, comme en témoignent ses récurrentes tables rondes et talks pour favoriser le lien avec les générations futures.

Plus qu’une envie, un besoin de s’engager pour la planète, autour duquel Stella McCartney a une nouvelle fois fédéré, en pleine semaine des défilés, plus gros événement de l’industrie de la mode, la deuxième plus polluante au monde.

MATIS MONDET
MARKETING ASSISTANT

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.