Interview d’Ariane POUR (Co-fondatrice de Procède) par Pavina SOUVANLASY (Export business developer chez Carlin Creative Trend Bureau)

Rien de mieux que de vivre sa passion en ayant une conscience écolo ! C’est ce que Benjamin et Ariane, les fondateurs de Procède, ont décidé de faire. Nous les avons rencontrés et ils nous racontent comment la marque est née.

Carlin : Avant de nous intéresser à la marque que vous avez créée, racontez-nous votre parcours.

Ariane : Bien avant Procède il y a une histoire d’amour, notre duo inséparable dure depuis 11 ans! A l’époque Benjamin intégrait une célèbre maison de tailleur italien puis a voulu aller plus loin en étudiant dans de grandes écoles parisiennes de stylisme. Quant à moi, j’ai fait ma carrière dans le textile avant d’entamer plusieurs postes dans divers secteurs hors mode.

C : Racontez-nous tout ! Comment vous est venue l’idée de lancer Procède?

A : C’est en rentrant un jour dans une boutique de prêt-à-porter haut-de-gamme que nous avons eu le déclic. A l’intérieur il y avait des vêtements très chers pour une qualité dé-plo-ra-ble ! On a remarqué que toutes ces marques surfaient sur un rêve qui nous donne l’illusion d’être unique parce que nous portons quelque chose qui nous semble rare et précieux donc on se retrouve à accepter ces prix exorbitants pour une qualité en chute libre. Ces produits sont très souvent fabriqués en Chine, au Vietnam, au Bangladesh et d’autres pays où la main d’œuvre ne coûte presque rien donc ce constat a commencé à nous titiller méchamment et c’est à partir de là que nous sommes passés à la vitesse supérieure.

C : Procède, du verbe « procéder » ?

A : Procède tire son origine du latin « procere » qui signifie « aller de l’avant ». A travers ce nom, nous souhaitons affirmer qu’un autre modèle est possible.

 » Au-delà d’une politique Zéro Déchet, nous travaillons des matières de qualité pour des pièces uniques.  »

C : Qu’est-ce qui vous démarque des autres concepts ?

A : Tout d’abord des prix justes ! Pour mieux guider l’acheteur, nous expliquons sur chaque fiche produit ce que nous coûtent les matières, la fabrication ainsi que la marge donnée au vêtement. Chez Procède, une pièce est fabriquée dès réception de la commande du client donc nous n’avons pas de stock. Ce système permet d’éviter une pollution liée à des marchandises endormies et de proposer régulièrement des créations originales sur notre site. Nous préférons racheter des chutes de tissus des maisons de Haute Couture et de les utiliser jusqu’à leur écoulement. Au-delà d’une politique Zéro Déchet, cela nous permet de travailler des matières de qualité pour des pièces uniques.

C : Comment concevez-vous tous vos produits ?

A : Toutes nos pièces sont réalisées à la main par Benjamin dans notre atelier parisien. La création d’un vêtement passe toujours par nos inspirations, la recherche des matières puis l’élaboration du prototype ainsi que sa validation.

©samuel lehuede

C : Et si vous deviez définir le style Procède ?

A : Nous jouons sur la frontière entre le féminin et le masculin. Les codes classiques se mêlent à des coupes «athleisure», apportant un style hybride au vêtement. Nous sommes à la fois inspirés par des vêtements traditionnels, empreints d’une fabrication de qualité, autant que par l’esthétique moderne, pratique et fluide de notre époque.

C : Quel est votre must-have ?

A : La chemise Cabourg est sans doute la chemise qui représente le mieux Procède ! C’est une pièce forte à carreaux avec un panneau sur le devant droit, un col montant et une découpe sur toute la longueur des manches. Une chemise sophistiquée qui peut très bien se porter la journée comme pour des occasions particulières.

C : Et qu’est-ce qu’on ne verra jamais chez Procède ?

A : Nous n’avons pas pour vocation de devenir un des leaders du marché. Nous souhaitons simplement pouvoir vivre de notre passion et proposer des créations de qualité à moindre coût pour les acheteurs. Quand nous parlons de notre projet, nous entendons souvent nous dire « et après ? ». Notre réponse c’est : « qu’après, c’est maintenant ! ». Nous voyons tous les jours les conséquences néfastes de l’industrie textile sur notre écosystème. Ne pouvons-nous pas admettre que ralentir la cadence serait la solution ? Qu’une entreprise saine serait une entreprise qui prendrait en compte les enjeux de demain ?

C : Sinon quels sont vos projets dans les années à venir?

A : Le but est de grandir et se développer mais toujours à taille humaine. Nous souhaitons travailler avec des couturiers de quartier pour garder cette traçabilité et cette proximité que nous chérissons tant. Nous sommes persuadés qu’une marque transparente, plus responsable et créative a une réelle valeur ajoutée par rapport aux autres. Nous sommes à une ère où l’on réinvente la mode et ses concepts. Nous voyons émerger des entreprises qui n’ont pas pour prétention de devenir des géants, des entreprises financées par leurs propres clients, des entreprises passionnées qui pensent avant tout à l’acheteur avant de penser à des profits démentiels. C’est un fait, les marques du futur seront plus collaboratives et la dimension humaine sera au cœur des problématiques.

©samuel lehuede

Pavina SOUVANLASY
Export Business Developer

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.