Avec l’arrivée du Covid-19, nous avons pris conscience de notre vulnérabilité. Le coronavirus a fait une irruption soudaine dans nos vies sans distinction de race, de religion ou des classes sociales. Il s’agit d’une expérience collective et globale qui met en évidence notre interdépendance.

1- Quels effets sur la société ?

Le COVID-19 a un effet sur tous les aspects de notre société et sur toutes les dimensions du développement. L’urgence est là et touche des centaines de milliers de personnes qui ont besoin d’une réponse urgente. Cependant, les ressources publiques sont limitées. En Espagne, il y a eu la réponse d’entreprises, ONG et particuliers qui ont essayé de combler cette lacune.

Inditex a distribué près d’un million et demi de masques et plus de 70.000 combinaisons de protection pour une sécurité intégrale. De plus, la multinationale du textile a mis ses ressources logistiques, d’approvisionnement et de gestion commerciale à la disposition du gouvernement. Mango a fait don de deux millions de masques, El Corte Inglés, à travers sa Fondation Ramón Areces, a donné les linges de lit utilisés dans les installations de l’hôpital Ifema. SEAT a consacré une partie de ses installations à la fabrication de respirateurs au sein de  l’usine de Martorell (Barcelone).

La crise du coronavirus a réveillé l’intelligence collective au service des nouvelles solidarités. Mais la route sera longue et difficile et on vient à peine de commencer.

Initiatives solidaires à Majorque

2- Nouvelles habitudes de consommation

Le Covid a aussi changé nos habitudes de consommation. Durant les dernières années, les nouvelles technologies ont changé les modèles de consommation, mais le confinement et l’obligation de rester à la maison, ont consolidé la tendance. 

Les entreprises n’étaient pas préparées de manière optimale pour ce «boom» et elles n’ont pas toujours pu répondre à la forte demande de l’achat en ligne.

Les secteurs les plus favorisés ont été les produits sanitaires, les services en streaming et l’alimentation. Les distributeurs alimentaires ont été dépassés des ventes en ligne. 

L’achat éco-responsable des produits locaux et écologiques pour sa livraison à domicile a été là où les entreprises ont pu s’appuyer. Les produits locaux ont été l’une des principales options lors de remplir le frigo et le garde-manger. Le coronavirus favorise le commerce de proximité. Par contre le secteur d’activité fortement impacté par le coronavirus a été celui de la mode, lié au manque de motivation des consommateurs à acheter ce genre de produits en période de pandémie. La mode n’est pas dans la tête du consommateur. On parle de mobilité, de voyages, de soins, mais non pas de la mode. En fait, c’est le dernier concept dont on parle.

Avec les mesures prises lors du confinement, la consommation du shopping a disparu. En effet, l’achat-plaisir d’une consommation plus hédoniste ne peut pas se produire avec les gens confinés. La consommation s’est réduite à la satisfaction des nos besoins essentiels, soumise à la nécessite de vivre. Mais c’est vrai aussi que malgré les difficultés qu’il y a au moment d’aller faire des courses, les espagnols préfèrent encore faire leur shopping en magasin et les commerçants doivent en tirer avantage. Ils devront s’adapter à cette situation et devenir des commerçants plus «connectés». Ils devront s’adapter à ce nouveau client numérique et promouvoir les ventes en ligne.

Si pendant ces dernières années le secteur de la mode était déjà un secteur en train de se réorienter à cause de la globalisation et de l’augmentation des ventes en ligne, la pandémie  n’a fait qu’accélérer ce processus. À court terme, ici en Espagne ce qui fonctionne c’est la lingerie ainsi que les basiques. Mais la consommation du secteur des loisirs, des tendances et des divertissements, plus liés à l’industrie touristique, souffre beaucoup des conséquences de la crise sanitaire.

Au cours des dernières semaines, des secteurs tels que le sportwear ou la technologie se sont redressés. Nous sommes passés de l’achat des vélos d’exercice stationnaire à l’achat de produits de fitness pour faire de l’exercice à la maison ou dans le jardin. Il y a eu une augmentation de vêtements, de chaussures et d’accessoires.

Il est clair que le commerce en ligne connaît une croissance qui va s’accélérer dans les années à venir.

3- Un changement dans le comportement général et l’activité physique et sportive 

Peu de salles de sport ouvertes. Les gens ont commencé à faire de l’exercice dans les parcs comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Suite à la tendance de modes de vie sains des espagnols, nous observons également un changement concernant le comportement et l’activité physique et sportiveD’abord à la maison et lorsque l’Espagne a commencé à déconfiner, nombreux sont ceux qui sont sortis faire leur jogging. Ils ont montré publiquement une nouvelle valeur sociale en hausse depuis la pandémie: un mode de vie sain pour faire face au coronavirus.

Et associée au «mode de vie sain», nous trouvons la base du succès de la mode Athleisure. Ces derniers mois, Zara, Mango et H&M se sont joints à cette tendance, accélérant et accordant une place croissante à leurs collections sport, avec tout type de combinaisons : pants-sport & sweats à capuche, tops & jeans, survêtements sportwear… car pendant le confinement, la plupart des espagnols ont fait passer le confort avant l’élégance ou sophistication. Même le télétravail n’a pas empêché cette transformation de la mode. Lors de la phase 2 du déconfinement, cette tendance s’est consolidée. Oysho Sports en raison du volume croissant des ventes et dans l’attente d’une éventuelle nouvelle pandémie a créé des boutiques en ligne parallèles pour les vêtements de sport.

4- Impacts sur la mobilité

Et finalement, la pandémie a eu un fort impact sur la mobilité. La peur de nouvelles infections fait que les gens changent leur façon de se déplacer. Les transports publics sont les plus pénalisés. La voiture, étant perçue comme le moyen le plus fiable, est davantage sollicitée. Mais le vélo ou autres moyens privés telle que la trottinette électrique auront été le véritable «boom» comme solution pour la mobilité urbaine.

Ainsi, la production locale, l’engagement envers la durabilité et l’innovation et numérisation, sont des aspects à prendre en compte pour les entreprises dans leurs stratégies de développement à la lumière de la nouvelle réalité.

5- Situation actuelle en Espagne et « nouvelle normalité »

L’épidémie du coronavirus ralentissait en Espagne mais en juillet, la vitesse d’augmentation préoccupe. La Catalogne redevient le principal foyer de contamination. Le gouvernement de cette communauté réagit en imposant le port du masque au travail et dans tous les lieux publics, les mesures de prévention et d’hygiène ainsi que le maintien d’une distance d’au moins 1,5m.

L’Espagne craint l’arrivée d’une deuxième vague. Pour l’instant, les hôpitaux restent vigilants et, surtout, ils sont soucieux d’avoir l’équipement adéquat en terme de matériel et de renfort en personnel.

Le Département de la santé informe que dans les centres de santé primaire, la normalité ne reviendra pas pour l’année qui reste.

6- Les tendances pour l’avenir

  • Le télétravail.
  • Le teleconferencing
  • Click & collect
  • Magasins showroom
  • Direct-to-consumer(DTC)
  • Commerce électronique  (les ventes en ligne sont un défi important en Espagne)
  • Cashless
  • Retail tech
  • Self-caring
  • L’Omnicanal (le grand défi pour les retailers) afin de réussir dans le e-commerce. Il ne s’agit pas seulement d’ouvrir de nouveaux canaux mais de compléter l’intégration.

ALEJANDRO PUIG
AGENT ESPAGNOL - CARLIN CREATIVE

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.