Source : Saudade de Paris

Cette semaine marque les débuts d’un re-confinement empli d’incertitudes et de remises en question, durant lequel l’impression d’être revenu plusieurs mois en arrière se fait sentir. En cette période où les craintes semblent supplanter les espoirs de changement, pourquoi ne pas laisser la parole à de jeunes entrepreneurs qui participent activement, via leur projet, à la création d’un monde différent ?

Nous avons ainsi eu l’opportunité de discuter avec l’un des co-fondateurs de SAUDADE DE PARIS. Lancé en mai 2016 par Jonathan KIRSCHSTETTER et Vilson ROCHA, ce label indépendant propose un vestiaire engagé, porté par la volonté de revaloriser le vêtement et d’offrir une nouvelle manière de consommer la mode.

Bonjour Jonathan ! Pour commencer, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel avant la création du label Saudade ? 

J’ai une formation en Design Produit de l’école Olivier de Serres mais j’ai toujours été intrigué par le textile. Après mes études, j’ai donc décidé de m’orienter vers cet univers et j’ai intégré une agence de design global spécialisée dans l’accompagnement de marques textiles. En tant que Directeur Artistique, j’aidais des marques (allant de Décathlon à Dior) à affiner leur positionnement et leur image à travers la création de brand bible et de collections. J’ai par la suite décidé d’intégrer en interne des marques telles que Le Coq Sportif et Lacoste.

 Source : Saudade de Paris

Comment définiriez-vous « Saudade de Paris » et comment l’idée de sa création s’est-elle formée ?

La création de Saudade de Paris nous est venue, à mon associé Vilson Rocha et moi, à la suite de la perte simultanée de nos emplois. Nous avions acquis beaucoup d’expériences et nous nous sommes dit que c’était le bon moment pour se confronter à la mise en place d’un projet qui nous était plus personnel. C’est ainsi qu’est né Saudade de Paris que nous définissons comme un vestiaire tailleur unisexe 100% made in Paris. L’idée est de redonner de la valeur aux savoir-faire textiles. Pour cela nous refusons la production à grande échelle qui fait oublier au consommateur tous les savoir-faire qui se cachent derrière un vêtement. Ainsi, chacune de nos créations est réalisée en demi-mesure, à la commande, afin d’offrir le privilège d’acquérir bien plus qu’un simple vêtement : une pièce d’artisanat, une expérience et un souvenir unique et éternel.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le nom de votre marque : qu’est-ce que le mot « saudade » signifie et pourquoi ce choix ? 

Quand nous avons décidé de créer ce concept, nous partions de zéro. Au-delà de créer une énième marque de mode, ce qui comptait le plus pour nous était de raconter une histoire qui allait nous différencier. Pour cela, nous avons chacun, dans notre coin, répondu à un portrait chinois et à la question : « si la marque était un mot », nous avons tous les deux répondu « saudade ». C’est à partir de ce mot que tout s’est mis en place. « Saudade » est un mot portugais qui à été rendu célèbre par la chanteuse Capverdienne Césaria Évora et que l’on peut traduire par : « mélancolie heureuse ». Ce sentiment, nous voulions que nos clients le ressentent à chaque fois qu’ils portent l’une de nos créations.

Paris semble être au coeur de votre ADN de marque. Quelles sont les inspirations derrière l’univers de votre label ?

Paris est une ville qui ne cesse jamais de nous surprendre et nous sommes toujours fascinés par les trésors qu’on y découvre. Nous avons conçu notre vestiaire à partir de pièces minimales qui sont pour nous des toiles blanches et ce sont nos ballades dans Paris qui nous donnent l’inspiration pour les personnaliser. On peut être influencé par un détail d’architecture, le graphisme d’une toile ou la couleur d’un ciel. Nous mettons d’ailleurs en scène chacune de nos silhouettes dans le lieu qui nous l’a inspiré.

 Source : Saudade de Paris

En 2016, vous et votre associé avaient été récompensés lors des Positive Planet Awards à Paris, qui célèbre des initiatives qui concilient croissance économique et protection de la planète dans le monde entier. Comment se traduit concrètement l’engagement éco-responsable de Saudade ?

Nous avons commencé à travailler sur le projet il y a déjà 5 ans et à cette époque nous étions au début de cette prise de conscience. C’est en cherchant nos premiers tissus que nous avons découvert qu’il existait, au coeur Paris, des adresses confidentielles qui proposaient dans de grands hangars, remplis du sol au plafond, des stocks de tissus provenant de grandes maisons de couture. C’est en voyant cette masse de matières oubliées (parce qu’elles n’étaient pas de la dernière saison) qu’un déclic s’est opéré en nous. Il nous était impossible de rester insensibles à ce gaspillage. Et c’est là que tout s’est mis en place et que le concept est né. Proposer des vêtements à la conception unique et permettre à nos clients de le percevoir (sans les moraliser). C’est cette démarche qui à été récompensée par Positive Planet et nous avons été honoré de recevoir ce prix.

 Source : Saudade de Paris

« Lensemble de notre vestiaire est mixte et réalisable en demi-mesure » : quelles sont les différentes étapes de la création d’une collection Saudade ?

En souhaitant proposer à nos clients de vivre une expérience unique, il nous était impossible de proposer des collections réalisées à grande échelle. Nous avons donc décidé de « bannir » cette notion de nos esprits et avons, à la place, conçu des pièces minimalistes et intemporelles qui puissent convenir à n’importe quelle morphologie, âge, genre. Notre vestiaire est donc composé de 4 pièces (chemise – pantalon – veste – manteau) que nous proposons à nos clients de personnaliser en demi-mesure, ce qui signifie qu’ils peuvent changer la forme d’un col, ajouter une bande smoking, choisir d’avoir une ceinture ou des boutons sur une veste etc… et surtout que chaque pièce sera réalisée à leur taille en ajustant pour chacun d’entre eux le patronage.

Afin d’illustrer l’infinité des propositions, nous réalisons tous les deux mois une silhouette que nous mettons à l’honneur sur notre site internet et nos réseaux sociaux. C’est le Saudade de moment.

 Source : Saudade de Paris

 Source : Saudade de Paris

« Saudade de Paris : Tailleur de souvenirs » : peut-on lire sur votre site. On retrouve ici une perception particulière du vêtement, pièce d’artisanat revalorisée, devenant alors une expérience, à part entière. Quelle vision de la mode souhaitez-vous communiquer avec Saudade ?

Être à la mode, c’est « copier » son voisin et avec Saudade de Paris nous souhaitons proposer une expérience différente. Le but n’est donc pas de respecter les dernières tendances observées, mais plutôt de révéler une allure. Notre vestiaire peut être perçu comme streetwear, ethnique ou classique mais ça ce n’est pas nous qui le définissons, ce sont nos clients qui y projettent leurs attitudes et personnalités.

Comment, en tant que jeune entreprise, avez-vous traversé le confinement et comment gérez-vous la période incertaine que nous traversons actuellement ?

Pendant deux ans, nous avons eu la chance de pouvoir proposer nos produits au sein de notre propre boutique/atelier, mais c’était un challenge constant car il s’agissait d’une grosse pression financière. Aussi, fin octobre 2019, nous avons entièrement repensé notre modèle commercial et avons décidé de ne vendre que via notre site internet et de proposer à nos clients un nouveau service d’essayage privé. Il s’avère qu’au regard de la situation actuelle, nous avons fait le bon choix. En effet, aujourd’hui toutes les cartes sont redistribuées et le fait d’avoir un lieu de vente physique ne garantit plus le succès. Ce que les consommateurs attendent, c’est que nous nous adaptions à leurs contraintes. En proposant de nous rendre chez eux via ce service d’essayage privé, nous avons pu traverser cette période avec une grande sérénité et nous nous en sentons très chanceux.

 Source : Saudade de Paris

Si vous ne deviez en choisir qu’un, quel conseil donneriez-vous à des jeunes qui se lancent dans la création de leur marque, comme vous il y a quelques années ?

Le conseil que je donne toujours à de jeunes créateurs est de proposer un concept fort mais surtout de se faire accompagner. En France, nous avons la chance d’avoir accès à de nombreux organismes qui forment à la création d’entreprise. Profitez-en, car être entrepreneur c’est exercer au moins dix métiers à la fois et il faut s’y préparer avec de bons outils.

Un artiste coup de coeur qui vous inspire en ce moment ?

En ce moment, nous nous plongeons beaucoup dans le travail de Jean Prouvé. Certes, il n’est pas un artiste contemporain mais sa vision nous inspire beaucoup et nous conforte dans le fait que quand un concept est bien pensé, il devient une référence intemporelle.

Source : Saudade de Paris

Merci beaucoup Jonathan, pour vos réponses et partages inspirants.

Retrouvez plus d’informations et suivez la belle aventure SAUDADE sur leur site internet ou encore sur leur compte Instagram juste ici.

ALEXANDRA HOSTIER
ASSISTANT EDITOR

contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.